Van Gogh ou le suicidé de la société / Antonin Artaud

Mise en scène : Erwan Daouphars
Musique : Marcello Guliani
Lumières : Idalio Guerreiro

Avec Thibault Lacroix

« Depuis Van Gogh, nous sommes tous des autodidactes » Picasso

Vincent Willem Van Gogh

Né en Hollande en 1853, sa vie, tragique et brève, se concentre, après une expérience pastorale au milieu des mineurs du Borinage, dans son fulgurant itinéraire pictural. Préoccupé par le problème de la couleur, Van Gogh vient à Paris découvrir les impressionnistes, ainsi que Toulouse-Lautrec et Gauguin. Se considérant comme un « raté », il prend l’habitude d’écrire et de se confier à son frère Théo dans une correspondance de plus en plus lucide et grave. Amoureux de leur cousine Kate, il se brûle un soir la main droite en réclamant au père de celle-ci le droit de la voir autant de temps qu’il sera capable de tenir sa main sur la flamme d’un bougeoir. Il prendra finalement sous sa protection une prostituée et son enfant. En Provence il se laisse emporter par l’éblouissement des jaunes solaires, par l’éclat bleu du ciel et de la nuit. Il peint avec une énergie et une tension qui le laissent désemparé lorsqu’une tentative de vie et de travail communs avec Gauguin s’achève par une grave altercation : il se mutile l’oreille gauche, puis se laisse hospitaliser à St-Rémyde- Provence. Son style acquiert alors une véhémence qui emporte dans un même mouvement et une même torsion champs, ciels, oliviers et cyprès.

Note de mise en scène

La seule note d’intention valable ici et la seule motivation qui nous anime est de parler des suicidĂ©s gĂ©niaux que l’exemplaire hypocrisie de notre sociĂ©tĂ© refoule avant de les ressortir Ă  leur mort, « enfin lancĂ©s Ă  neuf dans l’actualitĂ© courante, rĂ©introduits dans la circulation. »
Sur le plateau : une table de confĂ©rencier, une chaise, un billot de bois, des clous, un marteau, des bougies, un chapeau de paille, un cadre vide, des tubes de peinture, un fusil, une guitare Ă©lectrique, un ampli. A la question « qui parle ?, est-ce Artaud ou l’acteur Thibault Lacroix ? » nous avons pensĂ© Ă  une troisième alternative plus mordante : l’acteur est l’incarnation du chanteur grunge Kurt Cobain, qui dĂ©couvre Van Gogh Ă  travers le texte d’Artaud, qu’il se rĂ©cite et se vit comme une inquiĂ©tante litanie, comme « l’ombre de fer du mot et d’une inĂ©narrable musique antique ».

Antonin Artaud

Né à Marseille en 1896, Antonin Artaud est un incomparable génie qui de lui même se place sur la lignée d’Hölderlin, de Nietzsche et de Van Gogh, de ceux qui ont osé aller jusqu’au terme de la pensée et qui se tiennent dans la « marge » de toute culture, lieu privilégié de la création contemporaine. Après avoir écrit le théâtre et son double, livre incontournable des metteurs en scènes, il proclama obstinément son refus de « faire de l’art », son choix de la vie contre la culture. Après un voyage au Mexique où il défend la culture indienne contre les agressions du mauvais esprit et l’iniquité des colons, il tente, en thaumaturge inspiré, de rapporter en Irlande la canne dite de St Patrique, se fait arrêté et jeté à l’asile. En janvier 1947, après neuf ans d’internement qui lui font découvrir le supplice moderne des foudroiements répétés et traumatiques de l’électrochoc, Artaud se rend à l’exposition Van Gogh au palais de l’Orangerie. À l’entrée, il tombe sur le diagnostique médical et clinique du docteur Beer qui qualifie le peintre de « déséquilibré à l’hérédité chargée, sujet à des troubles névropathiques divers… » Il lit cet article et dans une sorte de fureur inspirée rédige en deux semaines Van Gogh, le suicidé de la société., réponse incendiaire à ces discours psychiatriques dont il fut lui-même si souvent la victime. Artaud est retrouvé mort le 4 Mars 1948, au pied de son lit, d’une surdose de laudanum.

Production Le Trident, Scène Nationale de Cherbourg
Coproduction : Les 3 Sentiers et Compagnie Querelle

Photos

Van Gogh / Artaud 2

 

 

 

 

Teaser

Visualiser

Contact | Mentions légales | © compagnie Les 3 Sentiers